Sacrée championne du monde D1 avec l'équipe de France féminine seniors, Raphaëlle Grenier, joueuse originaire d'Angers accède à l'Elite après un Mondial sans fausse note à Vaujany (du 8 au 14 avril 2018 NDLR).

Formée à l'AHCA, elle revient sur son parcours et nous livre quelques confidences.

 

Bonjour Raphaëlle. Présente-toi en quelques mots ! 
 
Bonjour je m'appelle Raphaëlle Grenier, j'ai 21 ans. Je joue au hockey club de Lyon en tant que défenseur dans les catégories U17 et U20 mais aussi en féminine au club de Tours avec une licence bleue. Parallèlement je suis une formation en école d'ingénieur à l'INSA de Lyon en tant que sportive de haut niveau.
 
Comment as-tu découvert le hockey sur glace ?
 
J'ai découvert le hockey lorsque j'ai déménagé à Angers, vu que j'habitais à moins de 10 minutes à pied de la patinoire. Ma mère en avait déjà un peu fait lorsqu'elle avait été en échange au États-Unis et elle m'a conseillé d'essayer. J'ai tout de suite accroché et je n'ai plus jamais lâché.
 
Qu'est-ce qui t'a plu dans ce sport ?
 
La sensation de glisse m'a plu en premier et ensuite en grandissant c'est la vitesse de jeu, particulière à ce sport, que j'ai vraiment appréciée.
 
A quel âge as-tu commencé ? Dans quel club ?
 
J'ai commencé à l'ASGA (maintenant AHCA) à l'âge de 9 ans. 
 
A l'époque, nous étions que trois filles dans le vestiaire et ensuite rapidement j'ai été toute seule. Je jouais alors avec les garçons.
 
Le fait de t'entraîner avec beaucoup de garçons ne t'a-t-il pas dérangée ?
 
Au contraire, j'avais le droit à un vestiaire toute seule et en plus c'est très stimulant d'être avec des garçons, on progresse beaucoup plus vite.
 
As-tu pratiqué d'autres sports en parallèle du hockey ?
 
Je faisais de l'équitation en même temps que le hockey au début. Et maintenant je me suis mise au rugby depuis 2015 avec l'association sportive de mon école.
A quel moment as-tu intégré l'EDF ? Raconte-nous ton parcours...
 
J'ai commencé le hockey à Angers où j'y ai joué pendant 5 ans. Ensuite j'ai intégré la structure du pôle France féminin à Chambéry en seconde (2011) et c'est à ce moment- là que j'ai commencé l'équipe de France, junior d'abord, puis peu après senior mais de manière très ponctuelle au début. Durant mes 3 années juniors, j'ai joué deux qualifications aux Mondiaux U18 div I et un Mondial U18 div I en 2014 où l'on a rapporté l'Argent. Je suis ensuite partie une année au Canada dans une "prep school" où j'ai repassé l'équivalent du BAC tout en jouant dans une équipe. Mes progrès là-bas m'ont permis de décrocher une place au Mondial division IA en France en 2015 où l'on a remporté le Bronze. Malheureusement, je n'ai pas été retenue pour les Mondiaux des deux éditions suivantes. Cette année j'ai fait mon retour dans la sélection pour le championnat du monde division IA en France (encore) où l'on a été sacrées championnes du monde.
 
A quoi ressemble une journée-type d'une joueuse en EDF ?
 
Lorsqu'on est en stage, on s'entraine deux fois par jour sur la glace avec une sieste pour être au mieux, mais dans la vie de tous les jours on a toutes des obligations scolaires ou professionnelles à côté. Du coup, une journée-type ressemblerait plus à une journée de cours (ou une journée de boulot) dans laquelle on case un entrainement sur glace (souvent le soir en club mais ça peut-être le matin pour les filles au pôle ou à l’étranger) et un entrainement hors-glace type muscu ou circuit training. C'est pour cela qu'il est préférable d'avoir un aménagement scolaire pour s'entrainer au mieux mais certaines réussissent à le faire sans.
 
 
Vis-tu de ton sport ? 

Aucune joueuse française ne vit à l'heure actuelle de notre sport (à moins de faire entraineur), du coup à coté je suis étudiante à l'INSA de Lyon en école d'ingénieur. Je bénéficie cependant d'un aménagement de scolarité pour pouvoir continuer à pratiquer mon sport dans les meilleures conditions possibles.
 
Quelles sont les personnes qui t'ont inspirées ?
 
Christine Duchamp, ancienne joueuse de l'équipe de France qui a été mon entraineur au pôle France pendant 3 ans et qui m'a énormément appris. D'une manière générale j'ai beaucoup évolué grâce à tous les entraineurs que j'ai pu avoir jusqu'à maintenant, même si c'est elle qui m'a le plus inspiré.
Ainsi que mes parents qui ont parcouru la France entière (même le monde) pour me regarder jouer. Ils se sont mis aussi au hockey d'ailleurs.
 
Quels ont été les moments-forts de ta carrière ? Ton meilleur souvenir ?
 
Il y en a beaucoup, j'ai plein de bons souvenirs avec le hockey: les trois Mondiaux disputés en senior et en U18 sont des moments forts évidemment, mais aussi les deux titres de championnes de France avec l'équipe de Neuilly-sur-Marne en féminine, les coupes d'Europe disputées suite à ces titres, les stages high performance de la fédération internationale où tu es mélangée aux meilleures joueuses mondiales de ta catégorie, la victoire au tournoi NHL de Tours avec Angers, le tournoi PeeWee de Québec...
Ce n'est pas facile de n'en garder qu'un mais en tout cas, l'un de mes meilleurs souvenirs c'était lors du voyage au Canada avec le club d'Angers: avec quelques gars de l'équipe on a fait un 3 vs 3 de nuit sur une mini patinoire extérieure. Il n'y avait pas d'enjeu, pas de pression, même pas de changement : c'était juste le bonheur de juste jouer au hockey comme on jouerait au foot avec nos potes un samedi après-midi.
Sinon, il y a bien évidemment le titre de championne du monde remporté cette année, c'était juste du bonheur à l'état pur !
 
Et le pire ?
 
Sans hésitation lorsque j'ai appris que je ne disputerai pas le Mondial U18 en 2013 alors que j'étais avec l'équipe qui s'était qualifiée au tournoi de qualification deux mois auparavant.
 
Quels sont tes objectifs personnels de cette année ?
 
Pour l'instant de profiter du titre, même si je vais me remettre très rapidement à travailler pour essayer de décrocher ma place dans l'équipe qui disputera le mondial élite en Finlande l'année prochaine. Ce sera le premier pour l'équipe de France et on a pour objectif de se maintenir en élite.
Du point de vue scolaire/professionnel, j'espère trouver une entreprise pour commencer une formation en apprentissage.
 
Quels sont tes projets pour l'avenir ?
 
De continuer à progresser et à m'amuser dans ce que je fais! (Et accessoirement avoir mon diplôme à l'INSA). Les Jeux Olympiques sont aussi un rêve que j'espère un jour atteindre.

Raphaëlle en quelques mots

Nom : Grenier

Prénom : Raphaëlle

Date de naissance : 01/08/1996

Née à : Orléans (45)

Taille : 1,67m

Poids : 69kg

Pays : France

Habite : Villeurbanne

Premiers pas sur des patins : 9 ans

Catégorie : U17, U20 et féminines

Études : INSA Lyon (école d'ingénieur)

Points forts : lecture de jeu, positionnement défensif

Points à améliorer : vitesse et shoots

Autres sports : Rugby, ski

Le dernier film vu :  c'était il y a trop longtemps pour que je m'en souvienne

Musique préférée : demandez moi demain j'aurai déjà changé

Jeux vidéo : je suis restée à la gameboy advance

Lectures : John Green, Alexandre Dumas, Jane Austen pour citer que quelques auteurs

Aime : manger

N'aime pas : les pertes de temps

Qualités : investie

Défauts : bordélique (selon ma coloc)

Club / équipe : Lyon / Tours (féminines)

Languées parlées : Anglais couramment et un peu d'espagnol

Alcool ou jus de fruit ? ça dépend l'occasion

Plage ou montagne ? Montagne

Matin ou le soir ? Matin

Fromage ou dessert ? Dessert

Rap, métal ou techno ? Techno (par défaut)

Football ou de rugby ? Rugby sans hésitation

Ton palmarès :

  • Championne du monde de div IA (2018)
  • Médaillée de bronze aux mondiaux div IA (2015)
  • Vice championne du monde U18 div I (2014)
  • Double championne de France (2013 et 2014)
  • Vice championne de France (2012 et 2017)
 

Propos recueillis par Aurélie Touvé.

Un grand merci à Raphaëlle pour sa disponibilité !