Crédit photo - Morgan Vioux Crédit photo : Morgan Vioux

Pour Noël, Danick Bouchard, attaquant Top Scorer des Ducs d'Angers, dévoilait son projet Hockey Projection et choisissait l'AHCA pour déployer le programme pour la 1ère fois dans un club de hockey sur glace en France.

Pour comprendre ce qui l'a amené à développer le projet Hockey Projection en parallèle de sa carrière de joueur, nous sommes allés à sa rencontre.

Propos recueillis par Aurélie Touvé

Archive personnelle - Danick Bouchard Archive personnelle - Danick Bouchard

Danick, avant d'expliquer ce qu'est Hockey Projection, présente-toi en quelques mots à nos licenciés.

Je m’appelle Danick Bouchard, j’ai maintenant 32 ans. J’ai joué au hockey toute ma vie, autant en été qu’en hiver, ce sport est resté et restera pour moi ma grande passion. J’ai travaillé dans plusieurs domaines différents durant la saison estivale (paysagement, construction, travail en usine, coach dans des écoles de hockey). Je suis allé à l’école jusqu’à l’âge de 20 ans et j’ai ensuite décidé de jouer au hockey professionnellement, chose que je fais maintenant depuis une douzaine d’années.

Le sport, ça représente quoi pour toi ?

C’est là où je me laisse aller dans la vie. Je suis une personne assez réservée voire un peu timide mais le sport est pour moi la façon de tout lâcher. Le hockey c’est vraiment toute ma vie, ça a fait de moi la personne que je suis aujourd’hui. On entend souvent dire que le sport est une école de vie, croyez-moi, le hockey en est une à tous les niveaux. En grandissant dans le monde du hockey, j’ai appris énormément, j’ai créé des liens incroyables et je me suis forgé un caractère qui me servira toute ma vie.

A quel âge as-tu commencé le sport ?

J’ai commencé le hockey vers l’âge de 4 ans. Mon père jouait et comme la majorité des petits garçons, je voulais imiter mon idole !! Mon père ne m’a jamais poussé ou forcé à jouer au hockey, il voulait simplement que son petit gars soit heureux. Il a vite compris que le hockey me rendait heureux !!!! Cela ne m’a pas empêché de toucher à d’autres sports, ce qui, en passant, est excellent pour les jeunes. J’ai joué au soccer (football), baseball, athlétisme, planche à neige (snowboard), tennis, mais rien me faisait ressentir le feeling que j’avais sur la glace !

A quel moment t'es-tu dit que tu serais joueur professionnel ?

Mon rêve a toujours été de jouer dans la LNH (ligue de compétition nord-américaine au plus haut niveau mondial NDLR). Je voulais donc y arriver. En évoluant dans la ligue junior majeur du Québec, je me suis aperçu que je n’étais pas le seul à avoir ce rêve !! Lorsque mon stage junior s’est terminé, j’avais un choix à faire :  continuer le hockey ou aller à l’université. J’ai suivi mon cœur et je me suis donné la chance d’essayer de toucher à mon rêve. Mon parcours a été parsemé d’obstacles et de déceptions, mais aussi de moments incroyables ! J’ai joué au Canada, Etats-Unis et en Europe. Aujourd’hui, je suis très heureux de pouvoir encore jouer au hockey et en plus d’y gagner ma vie, c’est le plus beau cadeau pour moi.

Qu'est-ce qui ou qui est-ce qui t'a fait croire en ton rêve ?

Mes parents m’ont appuyé tout au long de ma carrière, ils ont été francs avec moi et m’ont conseillé du mieux qu’ils pouvaient. Cependant, les choix que j’ai dû prendre, c’est moi qui les ai pris et ils me respectaient par rapport à ça. La personne la plus importante qui doit croire en tes rêves c’est toi-même, j’y croyais et j’ai bien essayé, c’est ça le principal pour moi.

Archive personnelle - Danick Bouchard Archive personnelle - Danick Bouchard

Quel est ton meilleur souvenir sportif ?

Mon meilleur souvenir c’est toutes les fois où moi et mon père allions jouer au hockey à -15 degrés sur les patinoires extérieures au Québec. On était tellement compétitifs, c’était important pour nous de gagner même si c’était juste une journée de loisir pour la majorité des gens qui venaient. Nos matchs ont souvent fini par des prises de bec car on jouait trop fort dans les coins, on nous disait carrément de nous calmer et que ce n'’était qu’un jeu, je me souviens bien !!! C’est tellement de beaux souvenirs et ça me manque énormément. Lorsque j’ai des périodes plus creuses au hockey, c’est à ces moments-là que je pense.

Et ta plus grande déception ?

Lors de ma première saison professionnelle en 2007, je me suis fracturé le fémur et j’ai dû passer le temps des fêtes à l’hôpital au Texas pour me faire poser une tige de métal dans la jambe. J’avais connu un très bon début de saison et la suite des choses était prometteuse... Par conséquent, les trois années suivantes furent extrêmement difficiles.

Quelles sont les rencontres qui t'ont marquées ?

Il y en a eu beaucoup ! Si j’en reste aux joueurs contre qui j’ai joué, il y a eu Sydney Crosby en junior qui était tout simplement dominant déjà à l’âge de 16 ans. Il faisait ce qu’il voulait avec n’importe qui dans la ligue ! Sinon un peu plus tard dans ma carrière, prendre une mise en jeu à côté d’un vétéran de plus de 40 ans (Claude Lemieux) qui a gagné la coupe Stanley avec le Canadien de Montréal lorsque j’étais encore un petit gars, a été un moment très spécial.

Hockey Projection est un projet que tu as co-développé au Québec en parallèle de ta carrière professionnelle. Peux-tu nous expliquer ce que c'est ?

Hockey Projection c’est une idée qui regroupe toutes sortes de personnes pour changer les choses au hockey. Rendre accessible à tous et à toutes, les services professionnels pour que tous les joueurs en bénéficient. Pourquoi ? Pour donner la chance à tout le monde d’atteindre leur plein potentiel. Sur le web, nous avons inséré, dans le profil individuel du joueur, des programmes, des exercices, des conseils et du contenu dans tous les niveaux jugés importants pour le développement du jeune. Tout cela est disponible sur l’application web Hockey Projection utilisable autant sur ordinateur que sur un téléphone. L’application web accompagne le joueur à la maison et en-dehors des heures d’entraînements sur glace pour l’aider physiquement et mentalement à repousser ses limites.

Comment est né ce projet ?

Mon meilleur ami, Maxime Aubut, m’a appelé pour me parler d’une idée, un site internet d’entraînement en ligne général. Après quelques mois et plusieurs conversations interminables, cela s’est transformé en une application web qui offre bien plus qu’un programme d’entraînement physique. Le joueur de hockey a besoin de beaucoup plus que des muscles et d’une bonne condition physique pour atteindre ses objectifs !!

Crédit image : Getty Images Crédit photo : Getty Images

Quel est ton rôle dans la société ?

Pour l’instant nous sommes une « start up » qui est vraiment lancée depuis mars 2017, donc on fait un peu de tout. Mes rôles pour le moment sont : l’intégration de contenu sur l’application web, les finances de la compagnie, le service à la clientèle et, bien sûr, nous sommes continuellement dans la recherche de nouvelles idées, de nouveaux développements…. Je garde donc les yeux et l’esprit ouverts tous les jours!!

Souhaitez-vous développer Hockey Projection en France ? 

Certainement, car comme j’ai dit plus tôt, nous voulons donner à tous et à toutes l’accès à des services professionnels gravitant autour du hockey. Les jeunes s’en servent déjà au Québec, province où le hockey est une religion ! En France, le hockey n’est pas encore une priorité donc je pense qu’il y a un manque d’encadrement surtout pour les jeunes joueurs de hockey qui ne demandent qu’à se développer. Hockey Projection pourrait aider un peu tout le monde en France en donnant l’occasion aux jeunes de se développer plus tôt en bénéficiant de services professionnels personnalisés dès 7 ans !!

Tu n'es pas sans savoir que les joueurs professionnels ont une grande importance pour les jeunes hockeyeurs et hockeyeuses ! Quel message souhaites-tu leur passer ?

Encore une fois, le hockey est une école de vie. Tu apprendras énormément à travers les années et c’est crucial d’avoir la bonne attitude face à certaines situations. Si tu aimes vraiment ce sport, respecte-le et il en fera autant pour toi. Comment le respecter ?

-Prends soin de ton corps et restant actif. Mange bien, ça va ensemble.

-Prépare-toi avant tes matchs et tes entraînements pour prévenir les blessures.

-Sois fort mentalement. C’est facile de dire : « Je n’ai pas confiance, je suis pas bon… ». Alors comment regagner cette confiance ? Personne ne le fera pour toi et même que, plus tu te rapprocheras de la compétition, ce sera souvent l’inverse. Certaines personnes ne se gêneront pas pour te piler sur la tête ! Que vas-tu faire ? lâcher ? Forge ton caractère de gagnant le plus tôt possible !

-Exploite tes forces et surtout travaille sur tes faiblesses, diversifie ton jeu, change ta façon de voir les choses, écoute les gens qui t’entourent (entraîneurs, joueurs, amis, parents) et prends le positif qui ressort de tout ça.

-Ne te laisse pas abattre par personne. Au final, c’est toi qui décides de ce que tu vas faire, alors au hockey comme dans la vie, prends la décision que tu crois être la bonne et fonce en donnant tout ce que tu as dans le ventre !

 

Un grand merci à Danick d'avoir pris le temps de répondre à nos questions !